Les mauvais traitements, l’humiliation et les mots durs n’ont pas leur place dans l’environnement de naissance. Pourtant, de nombreuses personnes dans le monde subissent un manque de respect et de la violence lorsqu’elles reçoivent des soins maternels. Outre les conséquences psychologiques néfastes qu’un tel traitement peut causer, des soins irrespectueux peuvent entraîner des issues défavorables de la grossesse, y compris le décès maternel. Au cours de la dernière décennie, un mouvement populaire pour des soins de maternité respectueux, couramment appelés SMR, a émergé pour s’attaquer à ce problème.

L’Association canadienne des sages-femmes (ACSF) s’est entretenue avec la formatrice en pratique sage-femme canadienne Karline Wilson-Mitchell à propos de cette importante question et de son travail sur les SMR. Karline nous a partagé son expérience de travail avec les sages-femmes autour du globe (en Jamaïque, au Canada, au Burundi et en Tanzanie) visant à comprendre le contexte et les facteurs de risque des soins irrespectueux ainsi qu’à promouvoir les soins prodigués avec compassion. Elle souligne que des organisations telles que la White Ribbon Alliance, l’Organisation mondiale de la Santé, Jhpiego et la Confédération internationale des sages-femmes sont à la tête de ce mouvement grandissant. À la suite de la série sur la pratique sage-femme et la santé mondiale du Lancet Medical Journal (Source #1), un consensus a émergé à propos des pratiques exemplaires, des points de référence et des mesures importantes dans sept aspects des SMR (voir l’encadré). De telles balises permettent d’établir un langage commun et de définir ce que sont des soins respectueux.

Sept piliers de la formation Respectful Maternity Care:

  1. Ne souffrez pas de dommages et de mauvais traitements (y compris les abus et le retrait ou le déni de traitement)

  2. Consentement éclairé / refus

  3. Le droit à la vie privée et à la confidentialité

  4. Droit à la dignité et au respect

  5. Égalité et liberté, soins équitables

  6. L’accès aux soins de santé et le niveau de santé le plus élevé possible

  7. La liberté et l’autonomie, l’autodétermination, la liberté de la coercition


Apprendre à reconnaître des soins irrespectueux et à intervenir est une partie importante de leur élimination. Karline Wilson-Mitchell décrit les nombreuses lacunes qui, à part la violence physique évidente, empêchent d’atteindre la qualité désirée de soins de santé. Par exemple, dans l’environnement de naissance, certaines personnes peuvent faire face à de la discrimination et à des préjugés qui nuisent à leurs soins. En Jamaïque, où Karline Wilson-Mitchell a mené sa recherche, elle a découvert que les mères adolescentes se heurtent parfois à un jugement sévère de la part de leurs professionnels de la santé. D’autres partout dans le monde peuvent faire face à des préjugés à propos du VIH, de leur style de vie ou de leur genre. Quand les professionnels de la santé entretiennent des préjugés sur les adolescentes ou les personnes trans, par exemple, ils peuvent compromettre le droit des clientes de faire des choix à propos de leur grossesse et de leur accouchement.

La sage-femme canadienne, Karline Wilson-Mitchell
Karline Wilson-Mitchell et des bébés dont les mères sont décédées pendant l’accouchement, à l’orphelinat de la Communauté des Églises de Pentecôte du Burundi (CEPBU), à Kiremba.

Culture institutionnelle et infrastructures

La culture institutionnelle et les infrastructures peuvent aussi jouer un rôle majeur dans la mise en place d’un contexte propice à des soins irrespectueux. Par exemple, les sages-femmes exerçant dans des salles de travail bondées où il manque de personnel peuvent subir un épuisement professionnel et une usure de compassion extrêmes. Beaucoup de sages-femmes, en particulier dans les milieux de soins de santé défavorisés, travaillent dans des hôpitaux exigus où il y a peu de place pour l’intimité. Cette situation dissuade les sages-femmes de permettre à la mère d’être accompagnée pendant le travail par une personne de son choix. Karline Wilson-Mitchell note que « quelque chose d’aussi simple qu’un rideau séparateur » peut grandement contribuer à assurer la dignité de l’environnement de naissance. Elle souligne également que les soins irrespectueux constituent un problème mondial et que notre compréhension de cette question ne devrait pas être axée seulement sur les milieux défavorisés. Au Canada, par exemple, certains groupes font encore face à de la discrimination dans l’environnement de naissance. La défense des droits des clientes, notamment celui de prendre des décisions éclairées, demande un effort constant.

Des soins irrespectueux nuisent à la fois à l’expérience de la cliente et aux issues de la grossesse. Karline Wilson-Mitchell soulève que « les femmes peuvent même choisir de renoncer à être accompagnées par un professionnel compétent lors de l’accouchement par peur de subir cette violence ». Par exemple, des sages-femmes tanzaniennes promeuvent le recours à une sage-femme compétente pour s’attaquer au taux élevé de décès maternels de 398 pour 100 000 naissances (Source, #2). Tous les risques liés à l’accouchement augmentent lors d’un accouchement non accompagné.

Favoriser des soins de maternité respectueux à Kiremba, au Burundi
Un accouchement implique de transporter l’être aimé ou la voisine sur un brancard de paille et de bois fait à la main (une ambulance à la manière du Burundi) pendant cinq heures sur une route poussiéreuse, montagneuse et obscure, éclairée seulement par une lampe de poche. Ces efforts sont toutefois récompensés par une mère et un bébé en santé ce matin. On voit des sourires de soulagement : « Nous avons réussi à temps. » Les membres de la famille sont accueillis dans une petite antichambre juste à côté de la salle de naissance où la mère et les proches peuvent s’entendre et s’encourager l’un l’autre verbalement. Marcher pendant le travail en sentant une brise agréable, sur une douce couche d’herbe et en présence de montagnes et de vallées rassurantes favorise la progression du travail. Ce sont des méthodes simples pour favoriser des soins de maternité respectueux.

Le programme mondial de l’ACSF

Le mouvement émergent pour les SRM a porté ces questions à l’avant-plan dans l’élaboration du projet et de la politique. Les SRM sont une composante importante des programmes mondiaux de l’ACSF. « Peu importe ce que nous faisons, qu’il s’agisse des compétences en urgences obstétricales, de l’élaboration de programmes ou du renforcement des associations, nous nous fondons sur les principes de soins respectueux », souligne Emmanuelle Hébert, directrice des opérations à l’ACSF Mondial.

Karline Wilson-Mitchell, actuellement en congé sabbatique de l’Université Ryerson, travaille avec trois sages-femmes tanzaniennes pour créer un atelier de formation distinct sur les soins respectueux pour les sages-femmes et les formateurs en pratique sage-femme par l’entremise du projet Plus de sages-femmes mieux formées pour les régions rurales en Tanzanie (MBM-RTz). Ce projet de l’ACSF Mondial est financé par Affaires mondiales Canada et chapeauté par Jhpiego (l’organisme à but non lucratif affilié à l’Université Johns Hopkins). La formation sera donnée à plus de 175 praticiennes des régions rurales de Tanzanie au cours des 3 prochaines années.


1. Série du Lancet :  Van Lerberghe, W., Matthews, Z., Achadi, E., Ancona, C., Campbell, J., Channon, A. et Turkmani, S. (2014). Country experience with strengthening of health systems and deployment of midwives in countries with high maternal mortality. The Lancet, 384(9949), 1215-1225

2. Organisation mondiale de la Santé. (2015). Tendances de la mortalité maternelle : 1990-2015

Pin It on Pinterest

Share This