Au cours des 20 dernières années, l’Éthiopie a déployé des efforts concertés pour améliorer la santé maternelle et infantile en collaboration avec des partenaires locaux et internationaux pour le développement. Le taux de mortalité maternelle a été réduit de 70 % entre 1990 et 2014, et le ministère de la Santé s’est concentré sur l’amélioration de la couverture universelle en matière de santé en assurant l’accessibilité aux systèmes de santé et aux établissements de santé dans tout le pays.

Malgré les importantes améliorations apportées au cours de la dernière décennie, les résultats concernant la santé maternelle et des nouveau-nés sont encore inquiétants. Avec une population de plus de 90 millions, dont 87 % vivent dans les régions rurales[i], l’Éthiopie possède un des taux d’incapacités et de décès maternels les plus élevés du monde. Les femmes ont 1 chance sur 52 de mourir de causes liées à la naissance chaque année. Plus de 257 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque année, dont 120 000 durant la période néonatale.

Evelyn George, Cindy Hénault Robert, Yezabnesh Kibie Addisu et Dawit Ha
La membre du conseil d’administration de l’ACSF Evelyn George et la chargée du projet MSL Cindy Hénault Robert avec la présidente de l’EMwA Yezabnesh Kibie Addisu, la vice-présidente Azeb Zeleke, des membres du conseil et le personnage central du projet MSL Dawit Hailu

Le gouvernement éthiopien s’est principalement tourné vers les sages-femmes pour réduire les décès maternels et de nouveau-nés. Depuis 2012, plusieurs établissements d’enseignement de la profession de sage-femme et programmes accélérés en pratique sage-femme ont été lancés par le gouvernement national. Cela a donné lieu à un nombre considérablement accru de sages-femmes, celui-ci passant de 4 725 à 12 600 au cours des quatre dernières années. De plus, on a déployé 38 000 agents de vulgarisation sanitaire (travailleurs communautaires possédant des connaissances et compétences de base en santé) dans plus de 16 000 postes sanitaires dans l’ensemble de l’Éthiopie pour fournir des services préventifs et curatifs de base au niveau des communautés et des ménages, notamment de l’information concernant la santé maternelle et des aiguillages vers des centres de santé, où travaillent des sages-femmes.

Plus de 3 245 centres de santé ont été construits depuis 2000 pour soutenir la couverture universelle des soins de santé primaires et le programme de vulgarisation sanitaire. Cet essor rapide des services de santé en milieu rural et la gestion intégrée des cas de santé ont jeté les bases d’une réduction considérable de la mortalité infantile.

L’association des sages-femmes de l’Éthiopie, forte de 5000 membres!

Le Ethiopian Midwives Association (EMwA) a été officiellement créée en 1992 et est membre de la Confédération internationale des sages-femmes depuis 1993. L’EMwA a son siège social à Addis-Ababa, possède 11 bureaux régionaux dans tout le pays et compte plus de 5 000 membres! Par l’entremise de formateurs experts régionaux, l’association offre les formations suivantes : formation de base en urgences obstétricales (BEmONC), respect dans les soins de maternité, Implanon (un programme de planification familiale) et compétences en enseignement clinique. En outre, elle défend les sages-femmes et conseille le gouvernement sur les documents stratégiques concernant la santé maternelle et des nouveau-nés.

La membre du conseil d’administration de l’ACSF Evelyn George avec la vice-présidente de l’EMwA Azeb Zeleke et la sage-femme de l’EMwA Hone Belete au siège social de l’EMwA à Addis-Ababa
La membre du conseil d’administration de l’ACSF Evelyn George avec la vice-présidente de l’EMwA Azeb Zeleke et la sage-femme de l’EMwA Hone Belete au siège social de l’EMwA à Addis-Ababa

Projet Les sages-femmes sauvent des vies

L’essor rapide des effectifs de sages-femmes de l’Éthiopie a donné lieu à un vaste bassin de sages-femmes nouvellement formées, celles-ci possédant souvent une expérience limitée en matière de naissance et travaillant souvent dans des milieux éloignés et faibles en ressources. Le projet Les sages-femmes sauvent des vies (Midwifes Save Lives – MSL) mise sur la collaboration avec des intervenants nationaux, y compris l’Ethiopian Association of Midwives, pour combler les lacunes importantes causées par cette croissance rapide. Financé par le gouvernement du Canada par l’entremise d’Affaires mondiales Canada et mis en œuvre par Cuso International en partenariat avec l’Association canadienne des sages-femmes, le projet offrira, entre autres activités, une formation de base en urgences obstétricales et en respect dans les soins de maternité aux sages-femmes formatrices et aux sages-femmes en exercice.

L’Association canadienne des sages-femmes travaille en étroite collaboration avec l’association sœur EMwA à ce projet. Evelyn Harney, membre du conseil d’administration de l’ACSF, et Cindy Hénault Robert, chargée du projet MSL, ont rencontré dernièrement les sages-femmes du projet MSL à Addis-Ababa. En août 2017, deux sages-femmes bénévoles canadiennes se rendront en Éthiopie pour offrir aux sages-femmes en exercice dans les deux régions ciblées du projet une formation en respect dans les soins de maternité (RSM), aux côtés des formatrices expertes de l’EMwA.

Compte tenu de la croissance exponentielle de la profession, on a également besoin d’un nombre accru de sages-femmes formatrices pour former les étudiantes. Les formatrices sont souvent puisées dans un bassin des meilleures étudiantes de leur établissement. Dans certains cas, ces étudiantes possèdent très peu d’expérience en pratique clinique et de compétences en enseignement clinique, ce qui crée des écarts de savoir dans les effectifs nouvellement formés. Le projet MSL aidera à répondre à ce besoin en formant, d’une part, des formatrices et des aides de laboratoire qui travailleront dans des établissements de formation et, d’autre part, des préceptrices qui travailleront en milieux cliniques en compétences en enseignement clinique. Deux sages-femmes canadiennes se rendront en Éthiopie – la première en septembre 2017 et la deuxième en janvier 2018 –  pour travailler aux côtés des formatrices expertes de l’EMwA et offrir cette formation. De plus, deux sages-femmes canadiennes s’envoleront vers l’Éthiopie en juillet 2017 pour travailler avec l’EMwA à la révision des lignes directrices de pratique clinique.

Un total de 500 sages-femmes en exercice recevront une formation en urgences obstétricales et/ou en respect dans les soins de maternité dans le cadre du projet MSL. Cinquante autres formatrices recevront également une formation en compétences en enseignement clinique, en respect dans les soins de maternité et en urgences obstétricales.


For midwives interested in getting more information or to apply:
Opportunities for Midwives

Pin It on Pinterest

Share This