La conférencière Lesley Page, sage-femme du Royaume-Uni, a ouvert le congrès avec un discours passionné et divertissant, tissant des récits de son premier accouchement en tant que jeune sage-femme avec ceux de la défense de la profession de sage-femme et de l’évolution du métier de sage-femme au R.-U., où elle siège actuellement comme présidente du Royal College of Midwives.

La conférencière crie, Madeleine Dion Stout, a partagé avec générosité ses leçons cries et a enseigné aux participants le mot qui désigne les soins des sages-femmes en langue crie, Nakatokewin; un terme que l’on associe étroitement aux verbes : visiter, témoigner, regarder, miroiter. Elle a rappelé à l’ACSF, qui traverse une période de croissance sans précédent, de ne pas oublier que « l’imperfection fait la beauté des partenariats ». Ses propos ont été accueillis spontanément par une ovation debout.

Le sous-ministre adjoint Ted Patterson a pris la parole au Congrès annuel, AGA & Exposition de l’ACSF à Victoria, en C.-B. Il a livré un message de soutien très fort au modèle de la profession de sage-femme et a confirmé que la C.-B. est dans les délais prévus dans l’atteinte de son objectif visant un taux de 35 % de naissances accompagnées par des sages-femmes d’ici 2020.

Le congrès de cette année a été marqué par une hausse considérable de la participation des étudiantes en pratique sage-femme, avec une participation de plus de 90 étudiants. Leur participation au congrès de cette année a été rendue possible grâce aux subventions offertes par l’ACSF et MABC ainsi qu’aux congés accordés par l’Université de la Colombie-Britannique et les autres programmes de formation. Les étudiantes partagent avec nous ce qu’ont représenté pour elles ces bourses et leur participation à la conférence.

Pin It on Pinterest

Share This